vendredi 31 juillet 2009

No country for old men (2)

Je viens d'entamer la lecture du roman de Cormack McCarthy.
Au bout de 50 pages, les images du film s'estompent pour laisser place à l'empreinte de force de cette écriture clinique.
Plus fort que les frères Cohen.
Respect !