samedi 31 décembre 2011

Chiang Maï - last day !

Le panneau qui est là signifie : "sortie"






Car nous sommes le 31 ! Ce soir nous allons dire adieu à cette année 2011. Une bonne année pour nous, bien chargée avec l'arrivée de Marguerite et les derniers chantiers de rénovation de la maison. Avec ce voyage en Asie, nous refermons un chapitre qui nous aura occupé depuis l'expédition en Inde. Quatre ans pendant lesquels nous nous sommes consacrés à la maison, pendant lesquels les enfants ont grandi et nous vieilli.

Ce soir, c'est la fête : une grande scène a été érigée sur les bords des douves. Des écrans géants diffusent des images des chanteurs et des animations graphiques pour exprimer les voeux de Chiang Maï. Les rues avoisinantes sont bloquées et envahies de marchands; toutes sortes de nourritures sont disponibles à profusion; la musique inonde les trottoirs au gré des bars et restaurants qui  se succèdent. Le long des douves, on achète pour quelques baths des lampions géants. On les tient d'abord pour que l'air chaud leur permette de s'envoler vers le ciel, qui est maintenant constellé d'étoiles qui bientôt s'éteignent.... Dans quinze minutes, les douze coups de minuit sonneront et des pluies de pétards et autres feux d'artifices réveilleront probablement Marguerite. Yeepeeeee !!

Pour cette dernière journée, nous nous sommes rendus dans les restaurants qui nous ont le plus marqués, avec une mention toute spéciale pour ce vietnamien dans lequel nous avons goûté tous les plats de la carte ; hot salad mango, fried mieng, le pho absolument délicieux (le bouillon étant servi à part), hot lemon grass salad, et j'en passe.


On retiendra aussi la culture du café, qui semble faire partie des rituels ici. On a évité les Starbucks pour se concentrer sur des coffee shop dans lesquels les enfants ont découvert le café au lait glacé et différentes variétés de thé glacé. Evidemment, nous ne faisons plus attention aux glaçons, qui refroidissent agréablement nos boissons, jusqu'à la Singha Beer !
Mention spéciale pour le Coffee Republic, un vieux Dodge tellement bien aménagé avec son percolateur et sa déco "so nice"




A côtoyer les enfants, j'ai l'impression que nous ressemblons déjà à ça, mais c'est pas si mal.



C'était une première semaine, pleine d'ajustements, pas si sereine que ce à quoi je m'attendais. Et c'est vrai pour chacun d'entre nous, hormis pour Marguerite qui jouit toujours d'une attention constante de la part de tous, y compris de nos hôtes. Bref, nous nous retrouvons peu à peu, jouissant de cette intimité dans un environnement que nous savons nous appropriés je crois; essayant de profiter de ces instants qui ne dureront pas mais qui resteront, je l'espère, gravés dans nos mémoires comme ceux d'une grande complicité.

Nous avons fixé les modalités du programme des prochains jours. Nous avons rejeté la formule du package qui nous aurait permis de voyager "organisé" jusqu'à Luang Prabang et préféré l'inconnu des étapes. Une concession toutefois avec l'option du mini bus pour nous rendre demain à la frontière au lieu du bus standard. Une fois sur place, trouver un logement avant de franchir le Mékong, obtenir les visas et des billets pour embarquer sur un "slow boat", qui nous emmènera à Luang Prabang en deux jours. 

Heureusement, nous avons pu réserver une guest house en arrivant là bas, pour deux jours, afin de voir venir.

Le moment est suffisamment singulier, vu d'ici, pour exprimer le bonheur que nous avons aussi à parsemer nos marches de pensées pour les uns et les autres. Ce n'est pas un vain mot, ce soir, loin de tous, que de vous souhaiter le meilleur pour cette nouvelle année


Posted by Picasa

jeudi 29 décembre 2011

CHIANG MAÏ en vrac

Nice Guest House, Chiang Maï, 29 décembre

Difficile de trouver le temps pour écrire ou ne serait-ce que pour lire. Gérer, occuper ou nourrir quatre enfants  est un travail à plein temps, a fortiori quand rien n'est justement prévu, ni organisé. 




Le travail qu'on ne fait pas chez soi pour préparer son séjour et avoir la sécurité de son organisation, il faut le faire au quotidien quand on préfère la liberté de l'improvisation. J'ai du passer des heures sur le web pour trouver des adresses, dont aucune n'a fonctionné. En descendant du train, nous avons simplement demander au taxi driver de nous trouver un hotel ; ce qu'il a fait. Une adresse potable, avec une belle piscine, ce qui représente un plus. Cependant, au bout de trois nuits, nous décidons que c'est assez : les chambres ne sont pas assez grandes, l'hôtel trop bruyant pour entamer les séances de cours sereinement. C'est pourquoi, à défaut d'obtenir une réponse positive à mes demandes d'informations sur le web, nous sillonons les rues calmes de Chiang Maî, en croisant les doigts pour tomber sur la perle rare. Nous venons juste de la trouver : un hotel dont plusieurs chambres sont encore en travaux. Les volumes sont généreux, le mobilier et l'immeuble neuf ; le tout dans une rue calme entre le night bazar et la vieille ville, c'est à dire les deux poumons touristiques de la ville.


La vieille ville est une ancienne forteresse, entourée d'une ceinture carrée de hauts murs. Les douves qui les bordent sont remplies d'eau et longées par les grands boulevards, qui font donc le tour de cet Intra Muros local. Des musées, des temples et d'inombrables échoppes à touristes jalonnent les rues de cette ancienne capitale du royaume Lanna. Nous logeons à l'est des murs, à mi chemin du night bazar, en plein cœur du quartier « chaud » de la ville. On y retrouve tous ces bars à hotesses et autres salons de massage qui ont fait la « réputation » de la Thaïlande. Autant dire que notre petit convoi dénote un peu dans le décor. Les enfants ne s'étonnent plus de voir sans cesse ces hommes blancs accompagnés de jeunes femmes Thaïes ; sans toujours réaliser que ce n'est pas leur sex appeal qui leur permet cette fantaisie... Notre jeune male s'y laisserait presque prendre tant il est vrai que de se faire apostropher par de ravissantes jeunes femmes ne laisse évidemmment pas indifférent !


Ainsi, nous poursuivons nos longues errances, nous arrêtant de régulièrement pour une soupe de nouilles, pour un jus de fruit ou dans toutes échoppes de rue qui nous semblent prometteuses. Notre alimentation est un peu erratique de ce fait. A l'image des locaux, on mange peu à chaque fois, mais plusieurs fois dans la journée. Fort heureusement, les plats de base sont généralement assez peu épicés : chacun use des condiments, il y en a généralement quatre dont du sucre, à disposition pour relever les plats. Aussi, rester plusieurs jours « à demeure » nous permet de revenir dans les lieux qui nous plaisent. C'est évidemment vrai pour les restaurants, qui n'ont bien souvent qu'un seul plat à proposer, ou pour d'autres endroits, comme la prison des femmes, qui propose probablement les meilleurs massages de Chiang Maï.




Compte tenu des images qui nous restent de l'Inde, on est inévitablement frappé par la propreté de la ville ; et c'est vrai aussi de Bangkok, pour ce que nous en avons vu. Pas le moindre détritus dans les rues, un parc automobile quasi neuf, sans aucune marques européennes, pratiquement aucun mendiants et finalement très peu de personnes assis à ne rien faire, hormis les touristes omniprésents à Chiang Maî, y compris des représentants de plusieurs nations asiatiques. Les panneaux indiquant les taux de change en attestent. J'avais oublié combien tout est facile ici, et avec le sourire même s'il s'avère que ce dernier est souvent commandé. Mais c'est le lot commun des sites touristiques après tout. Cependant, le fait de se promener en famille et de préférer des lieux fréquentés par les Thaïs nous permet de goûter tout au long de la journée à cette gentillesse qui est un des traits marquants de ce pays.


Nous essayons de préparer notre trajet vers Luang Prabang. Nous avons prévu une halte à Chiang Raï, et espérons trouver un hébergement dans la campagne, afin de respirer un autre air que celui des gaz d'échappements. Un temps pour tout. Nous sommes impatients de ressentir le calme du repos, la douceur du temps qui passe au rythme de la contemplation et des marches sur les sentiers dans les rizières, si possible.




Nous visitons des marchés remarquables, aussi bien par la qualité des produits que par leur présentation. De fait, tout y est appétissant. Ici aussi on est loin de l'Inde et de certains aspects rudimentaires. L'organisation et l'hygiène prévalent à chaque moment.





Demain, nous ferons des photos de classe...
Et peut-être prendrons-nous le temps de recopier les recettes d'Hortense, véritables compositions, à moins que ce ne soit l'une de ses histoires ? 
Posted by Picasa

lundi 26 décembre 2011

Train Special Express – Bangkok / Chiang Maï, le 25 décembre, 4h





Certains signes ne trompent pas, et notre capacité à nous endormir dans la rue, dans un taxi pendant la course, ou à peine montés dans le train, quitte à se réveiller au milieu de la nuit ensuite, montre bien que nous sommes fatigués. C'est vrai pour nous tous, et surtout pour Séverine qui doit supporter le fardeau de l'organisation de tous ces bagages qui nous encombrent.
Notre alimentation est erratique, au gré des soupes ou assiettes de riz que nous picorons sur un trottoir, sans beaucoup d’appétit, malgré le plaisir que nous y prenons.
Sans doute Bangkok est-elle pour beaucoup dans cet état de fatigue, car après ce long voyage de 27 heures, nous avons trouvé une ville grouillante, pétaradante et polluée. Certes, nous n'avons pas pris le temps de nous poser, ce que nous espérons faire à Chiang Maï; à peine levés, nous avons filé vers Kao San Road, « la rue des routards ». On la trouve dans toutes les capitales parcourues par les travellers. S'y trouvent les agences de voyages, les bars trendies, les musiques actuelles, les salons de massages, les agents de change, les marchands de souvenirs locaux, ici les imitations en tout genre, et bien sur, la faune des backpackers. Ça permet de prendre le pouls et de trouver en seul endroit une foule d'informations. En nous éloignant un peu, nous pûmes trouver une petite cantine de rue ou partager quelques plats avec les employés du coin. Cela nous permit de connaître facilement les numéros des bus qui nous permettraient de nous rendre au marché de Chatuchak. Il est décrit comme l'un des plus grands et diversifié du monde par le Lonely Planet. Et c'est sans doute vrai. On y trouve simplement de tout. Et bondé, évidemment. Mais finalement de peu d'intérêt pour de pauvres chalands n'ayant pas le souhait de dépenser un kopeck afin de ne pas s'alourdir déjà !
Sans doute était-ce une façon de rencontrer la démesure de cette ville, avant tout marchande, apparemment.
Ce soir là, nous trouvons un bon petit restaurant, chez Jenny, non loin de la guesthouse, où nous dégustons de merveilleuses soupe et plats de nouilles sautées. En les goûtant, nous nous rappelons que c'est précisément l'une des raisons qui a motivée notre choix pour venir ici. Sans parler de la profusion de fruits que l'on passe son temps à grignoter, au hasard des roulottes qui les proposent dans la rue : mangues, mangoustans, kakis, oranges, bananes, et j'en passe dont je ne connais pas le nom.

Un petit réveillon qui se termine par la livraison du Père Noël, quelques pacotilles qui ravissent essentiellement Hortense.
Et nous enchaînons par un réveil plutôt matinal avec l'ambition de nous rendre à Ban Baht, un quartier qui réunit les quelques artisans réalisant encore, selon un savoir faire traditionnel, les bols à aumône des moines.
Bien sur, c'est plus facile à dire qu'à faire quand on a pas encore ses repères dans la ville. Mais après quelques péripéties, nous finissons quand même par trouver un Tük tük qui nous y dépose. A 6 avec la poussette, on commence à y être vraiment serrés, mais ça passe encore.
Toujours est-il que le dimanche, c'est jour de repos et que nous resterons sur notre curiosité. Nous reprenons donc notre route en nous faufilant au hasard de petites ruelles, qui nous offrent un spectacle au moins aussi prenant. C'est tout un entrelacs où se trame la vie populaire de Bangkok, à ce qu'il nous semble. Là, dans ces venelles qui dépassent rarement deux mètres de larges, les familles vivent et travaillent ; parfois, nous tombons sur de petits marchés de quartier et, devant leur étal quasi vide, les marchandes nous regardent d'un air placide, avant de se raviser en posant leur regard sur la poussette.
Hortense avait raison de suggérer qu'à défaut de vrai bébé, on aurait pu essayer le coup avec un baigneur, tant il est vrai que la présence de Marguerite nous ouvre toutes les portes. Cela dit, nous avons beaucoup de chance d'avoir une petite fille facile, qui accepte de se laisser prendre dans d'autre bras que les nôtres, et qui a suffisamment d'appétit pour accepter toutes sortes de nourritures.

Ainsi, je pensais m'être perdu en cherchant la direction de Chinatown. Nous avions finalement piétiné dans des sortes de vide-greniers avant que je m'en remette à Saint Christophe. Alors que la troupe parcourait un magasin rempli de milliers de pochettes, je fus abordé par deux jeunes filles, sans doutes en pitié devant ce touriste aveuglé par sa carte. Quelle ne fut pas ma surprise quand elle m'expliquèrent que nous étions à l'entrée de Chinatown et qu'elles allaient nous guider vers le restaurant de mon choix plutôt que de se perdre dans des explications compliquées par un anglais plus que sommaire. Nous rentrons dans un Chinatown qui, comme il se doit, est encombré. Chaque parcelle de trottoir, même un dimanche est occupé par un vendeur, si bien que nous préférons la chaussée où nous sommes frolés par toute sorte de véhicules. Pour finir cette longue course (trois heures de marche), le restaurant est complet. En attendant, une marchande de beignets vapeur prend Marguerite et la fait manger.
Les autres n'y tiennent plus et nous terminons le contenu de sa marmite. Du coup, nous déclinons les places qui viennent de se libérer au restaurant et nous repartons. Les odeurs, le bruit et la cohue nous happent à nouveau. Les enfants sont ereintés et nous bifurquons pour prendre un taxi dans lequel nous nous entassons pour rentrer au Bamboo.
Il ne nous reste qu'une heure avant de repartir vers la gare. Nous quittons sans regret cette guesthouse au confort plus que sommaire. L'apréhension se tourne maintenant vers notre logement à Chiang Maï, loin d'être assuré après moultes vaines tentatives.

Après une rapide collation au restaurant de la gare, nous montons dans le train. Nous avosn pu changer nos billets pour trouver quatre places dans le même compartiment. A peine installé, Théodore est déjà endormi et les autres ne tardent pas.
Quant à moi, après plusieurs heures de veille au petit matin, je serais réveillé quinze minutes avant l'arrivée à Chiang Maï.

samedi 24 décembre 2011

BAMBOO GUEST HOUSE – le 24/12/11, 8h



Nous sommes finalement arrivés à bon port, après un périple de 26 heures, porte à porte. Malgré les yeux qui piquent de fatigue, nous nous empressons d’utiliser les douches communes pour nous rafraîchir. Et nous voilà dehors ! Les ruelles sont sombres et calmes, avant de déboucher sur une plus grande artère. Là, nous sommes aspirés par les premiers marchands de soupe que nous voyons. Nous ne cherchions pas autre chose pour éprouver nos premières sensations.



Et nous sommes servis : une soupe aux nouilles, poissons, calamars et crevettes, une autre au curry de poulet à la noix de coco. Ce dernier est bien relevé, sans excès. La « fish mixed soup » demande à être agrémentée sinon, elle serait presque fade. Bref, nous sommes assis dans la rue, sur nos petits tabourets ; Marguerite repousse son petit pot pour préférer les nouilles ; c’était déjà le cas dans l’avion avec le « vegetable curry ».
Tout le monde est levé.
L’heure est venue de quitter nos chambres spartiates et de partir pour une petite errance dans les rues de Bangkok. 

jeudi 22 décembre 2011

Roissy Charles de Gaules : les grèves vues par Marco

Marc en plein direct pour itélé Canal+, sur la grève. Après que nous ayons été pris à parti; enfin surtout lui, à propos de la partialité des médias...

TGV Lille Europe 5780 – 16h, le 22 décembre 2011



Notre voyage doit durer 25 heures ; il en reste 22 ! Cela pourrait sembler long, mais le trajet est plutôt sympa : ainsi le train est parti de Saint Malo, et nous emmène directement à Roissy Charles de Gaulle. C’est un luxe appréciable de pouvoir contourner  la cohue parisienne, ses métros encombrés et ses mines renfrognées (j’en ai fait partie). Le passage de Montparnasse à l’aéroport n’est quand même pas de tout repos, surtout alourdi de nombreux bagages, dont une poussette. Nous savourons donc cette mise en bouche, avant peut-être, de devoir affronter la grève des agents de sécurité. Ça,  c’est pour le piment. Mais il semblerait que des CRS les remplacent aujourd’hui, ce qui nous permettra de partir en temps et en heure. Et quelle ne fut pas ma surprise de tomber  sur mon copain Marc, grand reporter devant l’éternel, en train d’assurer son direct pour iTélé – Canal+ ; une dernière bise, après avoir croisé Nicolas et Patricia, venus nous faire un petit coucou sur les quais à Rennes. La suite est aussi sympa puisque nous embarquons sur Air India, avec une escale à New Delhi, comme un clin d’œil, ou « un passage de plat », de notre précédente destination pour bénir notre séjour à venir en Thaïlande et au Laos.
Par ailleurs, ce temps-là compte aussi pour effectuer la coupure, pour enfin se retrouver dans la déconnection (plutôt difficile pour Edgar).  C’est le temps de la transition, du passage, et de la mise en abîme aussi. La richesse et la densité du voyage viennent beaucoup,  pour moi en tout cas,  du dépouillement, d’une certaine capacité à se mettre à nu.
Il faudra faire avec la tribu ; quatre ans après l’Inde, les enfants ont grandi et revendiquent leur place. Ils ne veulent  plus accepter de se laisser emmener  comme des petits chiots. Il faudra faire avec une situation personnelle qui est  plus encombrante que lors de nos précédentes expéditions. A tel point que je ne suis même pas sûr d’être assez disponible pour animer ce blog.

Que dieu nous protège sur la route et dans nos estomacs !

mardi 20 décembre 2011

Dernière sortie de l'année...

Le vent de noroit cingle, même en étant à l'abri du versant ouest de la Rance. Nous nous immergons dans l'imminence du départ. Programme libre pour ces huit semaines.

dimanche 13 novembre 2011

Plongée brouille

À défaut d'un homard ou des etrilles (laissés pour compte), une heure et demie sous l'eau de bonheur...

dimanche 16 octobre 2011

We au grand air

Gros et beau we : hier aux champignons avec la bande d'Erwan, et dégustation le soir même de notre cueillette (chanterelles essentiellement). Et toute la journée d'aujourd'hui en mer, aux Hébiens. Sous le soleil exactement, et pas un chat sur la plage. Que du bonheur. Petite heure de plongée pour ramener une brassée d'étrilles. Je finis en ce moment même la soupe du même nom, à laquelle je vais rajouter le fonds de homard que Pierre B. m'avait si gentiment préparé l'année dernière. Ne manque plus que la crème fraîche et les croûtons.

dimanche 18 septembre 2011

C'est l'automne !

30 noeuds établis; c'est le coup de vent qui annonce le premier jour de l'automne
Des grains, les arbres qui flanchent, la pelouse qui se parsème de feuilles encore vertes
La vigne vierge qui rougit par endroits
Premières lumières somptueuses sur la baie



Gros temps, c'est beau temps !

vendredi 26 août 2011

Le voyage se précise...

Saint Malo Beach

C'est fait : les billets sont payés; 6 A/R Paris Bangkok, de la fin décembre au mois de février. 8 semaines pour parcourir (un peu) la Thaïlande, (surtout) le Laos avec peut-être une incursion en Birmanie.


Pour le moment, l'itinéraire débute directement par Cheng Maï, au nord, pour éviter la surpopulation de noël sur les plages du sud. Ensuite, peut être un petit tour en Birmanie, si une étape peut y être envisagée, avant de revenir vers le Laos. D'abord Luang Prabang, où nous voudrions séjourner une quinzaine de jours, puis une descente tranquille vers les Mille iles du sud, via Vientiane et quelques autres arrêts. De là, éventuellement une incursion vers Angkor et de toute façon, une bonne quinzaine dans le sud de la Thaïlande.

La grosse contrainte, c'est le nombre : nous sommes 6 maintenant, avec une petite fille qui aura à peine plus d'un an. D'ou les interrogations pesant sur un itinéraire trop chargé. 
Il ne s'agit que d'une trame, à la recherche de bons plans (d'hébergements notamment); et de la tranquillité espérée, après 4 années consacrées à la maison et à la quatrième. 
Une nouvelle expérience de famille surtout, augmentée par l'âge des enfants, leurs envies, leurs souvenirs
Et un (petit) défi bien sur, adressé à la sécurité du quotidien, à notre capacité à nous enrichir de la différence, à notre curiosité, à notre santé peut-être aussi....

Encore quatre mois, donc, pour saliver et rêver, avant que les portes de l'avion ne se referment pour huit semaines d'aventures



jeudi 14 juillet 2011

Fraises rhubarbes ce matin...

Belle journée en perspective après ces confitures
En avant vers un pique nique / plongée pour les enfants

vendredi 8 juillet 2011

En ballade




Ciels mouvants et lumières éclatantes sur une eau parée de ses plus belles couleurs...
On en accepterait presque les grains qui viennent ajouter un effet éclatant à ces beaux tableaux
Posted by Picasa

lundi 4 juillet 2011

vendredi 1 juillet 2011

mardi 22 mars 2011

mercredi 2 février 2011

Hivernage

A partir de la Toussaint, quand deux malouins se croisent, de quoi parlent-ils ? du choix de la date pour l'hivernage du bateau et du moment opportun pour l'en sortir, qui signifiera aussi le lancement de la saison.
Alors j'en parle aussi, même si je constate que c'est moi qui suis en hivernage depuis 3 mois pour une nouvelle tranche de chantier. Bientôt, je pourrais même me fendre de quelques Avant/Après ! Les résultats arrivent enfin. Et je ne gâcherais pas mon plaisir, étant donné le nombre de journées passées sous la pluie et dans le froid pour y arriver.