jeudi 11 juin 2009

Prise en main

Jeudi soir - La Haute Flourie, 21h20

Une longue semaine s'achève. Des enfants plein la maison pendant plusieurs jours, et d'autres personnes de passage pour une ou deux nuits. Du monde...
Ou je ne prends plus le temps de discuter avec les uns ou les autres le matin, trop occuper par les confitures, les petits déjeuners qui se succèdent et le ménage. Des matinées entières passées entre la cuisine, la salle à manger et le bureau pour répondre à quelques demandes de disponibilité. Une cuisine qui est en train de devenir un espace important. C'est la seule pièce que nous n'avons pas aménagée. Elle est restée telle quelle, mis à part cette table et ce miroir qui la surplombait, que j'ai enlevés. Elle est maintenant plus encombrée que sur la photo; une photo prise l'année dernière, la seule pratiquement, que je possède de cette pièce. Je crois que le temps est venu de songer de lui donner un aspect plus drôle.




Nous avons reçu pendant quelques jours, Faustin et sa femme, Virginie, qui animent une compagnie de danse. Ils vivent à Kisangani, sur le fleuve Congo. La visite de leur site web définit assez bien l'image d'un artiste engagé, et actif sous plusieurs latitudes. Puisse-je avoir l'occasion de discuter un peu plus avec eux de ce regard qu'ils portent sur les relations compliquées qu'entretiennent l'Afrique et d'autres continents, à commencer par l'Europe.
http://www.kabako.org/

Il aura fallut aussi plusieurs jours pourqu'enfin, l'occasion nous soit donnée d'échanger plus que des banalités, avec Monsieur et Madame F. Venu d'Allemagne en train, et rétifs à l'idée de prendre une voiture, cette petite famille francophile s'est installée pour la semaine, accompagnée de leur petit bouledogue français. Sous la pluie ! Car nous avons quand même subi un déluge pendant trois jours, si l'on ne compte pas l'éclaircie de mardi.
Puis, avec le soleil qui a inondé notre réveil, nous avons pris le temps, et j'ai découvert une femme au goût très éduqué, en matière de jardinage. Tant et si bien qu'à leur retour, ce soir, nous sommes allés plus loin dans notre appréciation commune et je l'ai invité à en faire le tour demain matin. Cela nous permettra de discuter plus concrètement de nos visions respectives.

Et l'atelier de Séverine qui n'avance pas ! Chaque début d'après midi, je me retrouve désarmé devant cette journée déjà bien entamée, et un peu découragé de me mettre en chantier, sans trop savoir par quel bout continuer. J'ai donc pris la décision, après avoir discuter avec des hommes de l'art, d'enfiler ma combinaison de sablage et de procéder au nettoyage drastique de la masure. Les murs seront nettoyés de toute leur crasse pendant que les solives et les lattes du plancher de l'étage seront décapées de la vieille chaux qui les recouvre encore, et de l'aubier qui a été mangé par la vrillette. Après cela, j'espère y voir plus clair. Et je pourrais commencer à aménager le bloc sanitaire que je souhaite à cet endroit : une sorte de vestiaire, qui servira aussi bien aux retours de plage qu'aux besoins des campeurs (?) ...