lundi 3 février 2014

Bye bye Pondi !

Gingee Sailai, le 2 février. 8.50 PM



Je suis souvent le dernier à fermer la porte, en quittant la maison. A mon tour, j'enfile mes sandales, et je rejoins la troupe dans la rue, devant le canal. Nous le longeons, passant très vite devant une vieille maison tamoule. Là nous croisons deux femmes que nous saluons désormais systématiquement. Parfois, elles arrêtent un marchand ambulant ou, comme cet après midi, avec la famille au complet. Nous traversons ensuite le canal pour continuer notre chemin en direction de la rue de Bussy. Nous nous sommes plusieurs fois arrêtés chez le tailleur, afin de commander, prendre livraison ou pour retoucher les robes, jupes et autres bustier. Nous arrivons enfin au grand carrefour. La circulation devient plus dense; surtout les bus aux klaxonnes puissant, bruyant de musique et de regards intenses, ajoutés au rickshaws collectifs (version qui peut accueillir une bonne quinzaine de personnes dans le volume d'un petit triporteur), 
et tous les klaxonnes qui d'un seul coup se réunissent pour manifester l'arrivée dans le coeur de la ville. C'est notre premier arrêt, systématique. Au corner pour un idli, un vada, un samosa ou un tchaï, et à l'épicerie (3 m² au plus) pour acheter ses chewing-gums à Marguerite. On fait le point. Et on embraye. Nous laissons la rue du Capitaine Marius Xavier sur notre droite et prenons la suivante, juste après le "Juice Wagon", où je n'ai jamais vu personne. C'est Mission Street (Rue de la Cathédrale), l'une des trois rues commerçantes principales avec Nerhu Street et surtout Gandhi Street qui lui est parallèle.
Nous avons abdiqué depuis plusieurs jours devant la force de l'habitude et du plaisir. Nous ne pensons qu'à une chose, en tout cas pour Hortense, Théodore et votre serviteur : longer la Cathédrale dont nous ne comptons plus le nombre des offices, pour passer la porte du Surguru. Un pur restaurant végétarien, simplement succulent. Nous  ne sommes pas dans une cantine, loin s'en faut. En quittant la rue, on longe un assez long couloir qui débouche sur un petit jardin et on pousse la grande prote vitrée. Ici, pas le "cash counter" proche de l'entrée avec un propriétaire, souvent sur une estrade, qui compte ses billets devant une triplette de figures de Dieux trônant sur un hôtel plus ou moins garni. On est frappé par le silence qui règne dans cette grande pièce à l'allure presque industrielle, du fait de l'énorme tuyau de ventilation qui la traverse de part en part suivant un plan incliné. Le ballet incessant des serveurs, maîtres d'hôtels et "débarrasseurs - nettoyeurs" frappe par son activité et la marque de l'uniforme.
De tous ceux qu'il a gouté, les masalas dosa du Surguru ont été décrétés comme les meilleurs par Théodore. Marguerite finit son Ghee Roast Dosa sans s'arrêter, fait quasi unique ! Quant à moi, je me régale d'un paneer 65, d'un paneer butter masala, d'un gobi manchourian ou d'un palak, mangés avec quelques chapatis. L'eau nous est servie en continue par une mokta (cruche) en inox qui semble ne jamais vouloir se vider. Après nous être lavés les mains à l'issue du repas, lequel s'est souvent achevé par des glaces très appréciées, nous nous jetons littéralement sur les anis enrobés qui désaltèrent des saveurs fortes des épices.
Et nous sortons, repus, retrouvant l'excitation de Mission Street. Au carrefour suivant, avec Nehru St, le supermarché Nilgiris. J'attends devant, sirotant un excellent lime sweet juice soda. Les rickshaws wallas, garés avec leur engin à chaque carrefour, sont souvent hilares.



Le dimanche, on pousse forcément vers Gandhi Street pour le Sunday Market (plusieurs livres 2nd hand achetés là). Pour nous, ça a surtout été notre chemin pour rejoindre le marché.


Pondi nous a offert le visage d'une ville encore parcourue par des vélos et des motos en majorité. S'il y a une prochaine fois, nul doute que le nombre de voitures sera inversement proportionnel et que la fluidité du trafic autant que ses couleurs auront changé. Mais nul doute non plus que le quartier français avec sa façade maritime sera préservé, ce qui laissera une belle langueur à cet endroit.

Je n'ai pas parlé d'Auroville, le fameux ashram, mais nous n'y sommes pas allés. Cependant, à voir les boutiques et les différents complexes détenus par cette institution, on a parfois le sentiment qu'ils tiennent la ville.








"Les Oiseaux"

Si les chiens sont partout en Inde, dans celle que nous avons côtoyée, l'omniprésence des corbeaux l'est moins. Car c'est l'impression qui domine ici. Elle ne s'est pas imposée immédiatement, mais une fois qu'on les regarde, on les voit partout. Malgré la fascination que j'éprouve pour leur intelligence sociale, je n'ai évidemment pas pu prendre le temps de les étudier. Chaque famille est structurée à un degré de complexité qui na rien à envier aux humains. Chacune d'entre elle développe son propre langage, sur un territoire donné. De fait, si on tend l'oreille, on découvre une variété infinie de croassements.
Ils sont fuselés, débrouillards et beaucoup plus racés que les pigeons qu'on trouve dans nos villes. 











Ce soir, veille de notre départ, Hortense et Théodore se sont emparés de la cuisine. Je les ai accompagné pour faire les courses ce matin, ce qui nous a permit d'effectuer un dernier tour de marché. C'était aussi bien qu'à Mysore ou Kochi (le big market d'Ernakulam), tels qu'ils restent dans mes souvenirs.
Seules les poissonnières manifestent un caractère difficile et un tempérament qui s'exacerbe facilement. L'intérêt ici encore, c'est que ces lieux sont préservés pour l'essentiel du tourisme et qu'on y croise que très rarement des promeneurs.
















Hier soir, patatras ! Nous sentions bien que la tension baissait et surtout, que l'appétit n'était plus au rendez-vous. Bien que les symptômes se soient limités à ça, il était quand même plus prudent d'aller consulter. Et Re... même topo qu'avec Hortense, avec l'espoir que l'appétit revienne très vite. C'est vraiment désolant de profiter beaucoup d'un coté, en sachant que l'un d'entre nous est à part. Ainsi, Séverine a du s'abstenir de notre dernière sortie au Surguru et surtout de notre journée chez Suriya. La laisser seule à la maison nous a quand même crevé le coeur.
Et demain, au moins 6h de trajet entre rickshaw, attente du bus, la route jusqu'au bus stand de Madras et de là jusqu'au centre.... 
Nous sommes contents de reprendre la route après cette belle pause, un brin nostalgique, déjà, des saveurs indiennes, avant notre arrivée, après demain, à Colombo.
Inch Allah !