mercredi 15 février 2012

The end my friend !


... le ferry qui nous a ramené de Koh Chang


Bangkok, le 10 février

L'option très confortable d'un minibus privatisé nous a permis d'atteindre le cœur de Bangkok en milieu de journée. Nous n'avions pas à attendre qui que ce soit, et, surtout, j'avais fixé l'heure de départ à 6h ce matin. Il aura néanmoins fallu que je pousse un peu le chauffeur, qui, pour une fois, se faisait peu pressé, mais très pieux : le van était envahi d'images pieuses et je le vis prier à deux reprises.
Notre principale interrogation portait sur le colis que nous avions envoyé en poste restante à la poste de Bangkok. A cette heure de la journée, la grande poste centrale est vide ; je repère immédiatemment le comptoir des « poste restante », le terme univsersel. Et l'homme au comptoir me montre immédiatement mon colis. Le rêve. D'après le reçu, il est arrivé ce matin ! Le timing est juste parfait...

Cela fait, nous mettrons une petite demi heure pour arriver au Baan Sabai, une guest house du quartier de Kao San Road, donnant sur Soi Rhambuttree. Nous avons gagné une grosse demi journée avec cette oépration et je suis très content de mon coup. Nous pouvons ressortir tranquillement et, après un bon Pad Thaï, parcourir les rues avoisinantes.
Nous sommes au cœur du quartier des backpackers. Tout ce dont il a besoin, il le trouvera dans Kao San. On distingue les nouveaux arrivants avec leurs yeux grands ouverts de ceux qui finissent leurs séjour ou bien qui paraissent ne jamais être rentrés. Une faune bigarrée, agée de 20 à 40 ans, plutôt de type caucasienne, souvent mal fagotée. A la différence en tout cas des touristes asiatiques, à l'apparence disciplinée et beaucoup plus soignée.
Passons. 

Pendant les deux nuits que nous passons aux Baan Sabai, la musique des bars et le brouhaha de la rue nous parviennent distinctement. Je profite de ces derniers moments pour apprécier ce surplus de bruits que je ne retrouverai pas avant longtemps ; sonnette d'un marchand de glace, de soupe, de beignets, de fruits ou de panckake, à moins que ce ne soit de souvenirs. Kao San est parfait pour cela ; l'ambiance de la route. On retrouve même des personnages croisés précédemment. 





Le moment est bien choisi, au terme de ce périple pour apporter quelques données pratiques, concernant le prix des aliments, notamment, qui nous ont permis d'établir une échelle de valeur, valable plus ou moins d'une monnaie à l'autre; ainsi :

Pad Thai : entre 40 Bt (dans la rue) et 80Bt au restau
Une bonne portion de Squid : 100 / 150 Bt
Noddle Soup : 10000 KP / 80 Bt – 120 bt
Poisson grillé : de 140 à 300 bt
Thé / café : de 20 à 60 bt pour aller du simple Litpon Yellow au café tiré d'un super percolateur.
Cigarettes : de 4000 Kp (0,40 euros) au Laos pour les Savannaket à 80 Bt pour les Marlboro
Le transport fluctue dans chaque ville, donc difficile d'établir un tarif cohérent. A rapprocher du litre d'essence proche d'1 euro quand même.
Location d'un scooter (135 cm3) 1200 Bt pour la semaine ou 200 à 300 par jour.
Chambre d'hôtel : de 300 baths (7,50 euros) à 1000 baths environ pour une double ou une triple.

En traversant 3 pays, nous avons d'abord appris à gérer la conversion Bath / Euro et Bath / Dollar. Arrivés au Laos, nous avons intégré le Khip dans l'équation, sachant qu'il était toujours possible de payer en Bath, plus qu'en Dollar. Enfin, au Cambodge, nous avons découvert une économie totalement adossée au Dollar. Le retrait d'espèces se fait en USD mais pas en Riels, la monnaie locale.
Pour tous nos achats courants de fruits, d'hébergement, ou de nourriture, les enfants ont du systématiquement se projeter dans des systèmes de conversions de monnaie, propices à du calcul mental à la volée.



Prochain post de Saint Malo, où nous venons d'arriver...







Posted by Picasa