mardi 17 février 2009

Objectif lune !

Le chantier de la voute





Les visites se succèdent, et, malgré des conditions de visite pour le moins précaires, les impressions qui en ressortent sont toujours bonnes. Bien sur, les commentaires les plus fréquents portent sur l'énormité du chantier. Mais nous sommes surtout heureux de constater que le charme de la maison opère. A force d'y travailler, on ne la voit plus "que" comme un chantier, en oubliant toutes les émotions qu'on a pu façonner en la côtoyant lors de nos premières visites. Alors même que son histoire m'a préoccupée et que je pensai initialement à la relater dans ces pages, force m'est de constater qu'à rentrer fourbu le soir, je n'ai pas le courage de m'élancer dans des textes qui ne me seraient pas... faciles !

Déjà six semaines écoulées; pour un déménagement que j'envisage toujours de réaliser début mars.

Les différents postes avancent de concert : plomberie, agencement, peinture, menuiserie, démolition, jardinage, et maçonnerie. Ce dernier dossier m'intéresse particulièrement car il concerne depuis deux semaines la restauration de la voute. Après les premiers travaux d'assainissement, il convenait de prendre à bras le corps le sablage intérieur, afin de mettre à nu les supports. Les quelques jours de beaux temps que nous venons d'avoir m'incitaient à ne pas trop retarder l'opération, par crainte de la prochaine dépression qui empêcherait que nous menions le travail à son terme. Nous décidâmes donc ce matin de nous y lancer. Nous étions à l'ouverture du magasin pour y louer un compresseur de chantier (c'est à dire un gros moteur diesel), la sableuse, une vingtaine de sacs de sable (nous n'en utiliserons qu'une dizaine finalement) ainsi que tous les accessoires : flexibles de raccordement pour l'air comprimé, la lance avec sa buse, le casque et son tuyau pour l'approvisionnement d'air... Autant dire que nous n'avions pas trop de deux véhicules pour charger et tracter tout cela. Passons les détails pour en arriver à la conclusion : le support est maintenant sain. Nous avons une vision claire des lieux encore humides et Lætitia sait ce qui lui reste à faire. J'ai hâte que nous en finissions avec la réfection des maçonneries extérieures pour en arriver à la confection et la mise en place de l'enduit à la chaux sur les murs.





Posted by Picasa