mercredi 11 janvier 2012

Bye bye Luang Prabang !




Rimwang Guest House, 22h30

Ce soir, une averse a mis fin prématurément à la soirée. Comme un signe pour cette dernière soirée à Luang Prabang. Nous avons dis au revoir à nos vendeuses préférées, comme si tout cela avait un sens, éloignés que nous sommes par plusieurs mondes, par tant de réalités... Pourtant, des gestes de remerciements ont été échangés tels des signes de reconnaissance qui font du bien.


Les enfants sont partagés entre l’excitation d'un nouveau départ, et le pincement de coeur de devoir quitter une ville dans laquelle nous nous sommes si bien sentis. 
Ce matin, nous nous sommes rendus à la gare de bus avec Edgar, afin de faire le point sur les différentes options qui se proposent : mini-bus, bus VIP ou sleeping bus et bus Express (par ordre décroissant de confort). Après avoir pris connaissance des prix, nous avons voulu nous rendre compte plus précisément, en allant voir les bus eux mêmes et de demander l'autorisation aux chauffeurs d'y monter pour une inspection rapide; après tout, on doit quand même y passer une bonne dizaine d'heures, sur des routes sinueuses...
Le verdict est sans appel, avec un bébé sur les bras. Nous choisissons le VIP au détriment de l'Express,en trop mauvais état, et qui n'offre même pas l'avantage de fenêtres ouvertes, ce qui eut fait pencher la balance, j'en suis sur. 

Demain matin, lever à 6h, en espérant avoir le temps de passer au marché avant de nous rendre à la gare pour 7h30...



Ce matin, je me suis enfin levé aux aurores pour satisfaire ma curiosité. Il est 6h30 Je découvre les rues vides, le  silence d'un village à la campagne; quelques cafés boulangeries sont ouverts, mais évidemment, la plupart des rideaux sont encore baissés. Alors que je goûte cette quiétude, j'entends un frottement, et au détour du coin de la rue, j'entrevois, un, puis deux, puis une bonne quinzaine de moines qui défilent tranquillement, pieds nus, portant en bandoulière leur bol à offrande.
Je me dirige un peu plus tard vers l'artère principale, à proximité du plus grand temple de la ville. Là, je découvre un attroupement digne des grands jours : les flashs crépitent devant les mini bus venus tout droit des beaux hôtels. La procession, qui se fait normalement dans le recueillement et le silence se transforme en spectacle de foire. Je reste à l'écart, et m'enfuis finalement pour revenir vers des rues plus tranquilles. J'aperçois des couples isolés le long de la chaussée, lui debout avec son écharpe et elle assise, comme l'exige la tradition. Là, dans ce matin calme encore embrumé, le déroulement de cette longue écharpe safran, qui se déplace comme une chenille, avec ses arrêts à chaque moine, est empreint d'une grande sérénité; quand bien même je distingue de jeunes élèves qui ont envie de rire...
J'espère que nous aurons d'autres occasions, peut-être aux alentours de temples un peu moins bien lotis. 

Dernière classe à la maison cet après midi...







Dernières baignades dans les cascades


Dernières gauffres...





Dernière sortie du marché...

Posted by Picasa