jeudi 26 janvier 2012

Chek point at the border


Siem Reap - Smileys Guest House, le 26 janvier. 7h

Avant de lever le camp pour notre première incursion sur le site d'Angkor, je voudrais prendre le temps d'un petit message pour relater le passage de la frontière ainsi que notre nuit à Kratié.

Nous sommes en compagnie de Joss et Vanda, le couple que nous avons rencontré à Vientiane, et avec qui nous avons vraiment sympathisé.  Un nouveau poste frontière est en construction coté Laos; un bâtiment moderne qui reprend certains traits de l'architecture traditionnelle. La route n'est ici plus qu'une piste, et nous le contournons pour accèder au check-out. L'impression est singulière : sacs au dos nous avançons vers une baraque ornée de deux drapeaux communistes. Nous en avons vu beaucoup, puisqu'ils vont de paire, la plupart du temps, avec le drapeau national. Le soleil nous écrase déjà. Je m'étais renseigné, et l'information selon laquelle il faudra nous acquitter de deux dollars supplémentaires par tampon de sortie s'avère exacte. Encore une manière d'extirper des devises, que je négocie âprement en faisant valoir l'âge des enfants. Ça marche souvent !




Je ne sais combien de temps ces marques dureront, mais elles persistent aujourd'hui à nous rappeler un temps révolu, où les frontières avaient une matérialité physique et symbolique, voire idéologique en l'occurrence. 

Entre les deux barrières, deux cents mètres; que nous franchissons avant d'entamer les formalités d'entrée au Cambodge. Pour commencer, avant même le poste douanier, vous devez remplir un remplir un formulaire, dit de santé et affranchir une taxe de 2 dollars. On prend la température de certains. Personnellement, pour les 6 formulaires que nous remplissons, nous ne donnons aucune indication sur notre état de santé. Il s'agit uniquement d'un premier racket. Et le deuxième arrive lors de la vérification des visas, où il faut à nouveau rajouter des dollars. Heureusement pour moi, on ne fait payer que "papa, mama" !!


Kratiè compte soixante mille habitants à peu près. Située à 300 km de la frontière, elle était pour nous un arrêt de choix avant de repartir vers Siem Repa - Angkor. Nous aurions aimé prendre le temps de découvrir cette région qui sort progressivement de son enclavement. Du fait de cet isolement, elle  n'a pas encore été dénaturée. Pendant le trajet qui a amené là de la frontière, nous avons observé un habitat relativement pauvre, impression renforcée par les rizières asséchées et  aucune construction en dur.
Kratié méritait aussi un arrêt par ce qu'il nous permettait de rester au bord du Mékong. 

Une fois posés les sacs dans une guest house à la clientèle très locale, si l'on en juge par les panneaux d'information qui lui sont adressés, nous partons pour une petite promenade . Nous espérons trouver rapidement de quoi manger. Il est presque 16h et nous n'avons rien avalé depuis le  petit déjeuner.
La grande halle du marché est en pleine construction, en plein centre; de ce fait, les rues sont encombrées d'étals en tout genre. Cette ambiance est assez attrayante, d'autant que la population semble encore plus souriante que celle du Laos.




J'aurais encore à dire sur cette belle soirée que nous passons avec nos compagnons de route, dans un restaurant assez branché. C'est la dernière avant Koh Chang où nous nous retrouverons peut-être.
Le tük tük que nous avons rencontré en arrivant hier soir à Siem Reap, Pùnt, est arrivé. Le temps me presse, et il me tarde d'avoir sous les yeux les merveilles d'Angkor, vestiges de la capitale la plus extravagante du "moyen âge" du sud est asiatique.






Posted by Picasa